Produits numériques, coût écologique

Introduction

 Il est communément admis que les consommateurs seront moins enclins à acheter un produit électronique s’il est « pollué ».

Eh bien… ce n’est pas tout à fait ce qui se passe. Il s’agit d’un cas où l’impact des produits électroniques et de la pollution est en fait inversé.

Je ne parle pas des gens qui disent qu’ils achètent de l’électronique parce qu’ils se soucient de leur environnement, mais plutôt de leurs utilisateurs – et en particulier, des gens qui utilisent des produits électroniques et qui sont les plus susceptibles de faire attention à ce qu’ils en font.

L’explication habituelle à cela est que les consommateurs seront plus enclins à acheter un produit électronique s’il est « durable », c’est-à-dire s’il a un faible impact mesuré par son coût et sa consommation d’énergie (c’est-à-dire s’il émet moins d’énergie primaire que ça consomme).

Le problème avec cette approche est qu’une grande partie de la valeur d’un produit électronique provient de ses performances ; en d’autres termes, de ce qu’il peut faire pour son utilisateur. Un exemple simple : vous disposez d’un appareil photo qui enregistre des séquences en qualité 1080p60, dispose d’un temps de rafale de 32 mpx, de 16 Go de mémoire interne et peut effectuer un panoramique en zoomant ou dézoomant en inclinant votre appareil vers le haut ou vers le bas (tout en étant également capable de filmer images fixes sans zoom). Vous pourriez facturer 1 000 $ pour cet appareil et obtenir 1/10e du prix d’un autre fabricant. Comme vous pouvez le voir dans le tableau ci-dessous, vous en auriez probablement beaucoup plus pour votre argent en achetant l’un de ces appareils photo plutôt qu’un avec ces fonctionnalités – car ils sont tous si chers ! Cela montre à quel point il y a peu de différence entre le montant que vous dépensez pour l’appareil photo lui-même (prix) et le montant que vous dépensez pour le stockage et les fonctionnalités (performances).

Il convient également de noter que même lorsque les gens pensent aux questions environnementales en termes généraux, toutes les préoccupations environnementales ne sont pas traitées de la même manière. Les femmes ont tendance à percevoir les problèmes environnementaux différemment des hommes (c. La raison pour laquelle nous avons dépensé des milliards pour essayer de convaincre les gens qui ne se soucient que de la croissance économique d’abandonner complètement la croissance économique, c’est parce que nous avons lamentablement échoué à convaincre les gens dont la principale préoccupation est la croissance démographique d’abandonner complètement la croissance démographique (et qui ne se souciaient que de la croissance économique lorsqu’ils le faisaient). Cependant, lorsque les femmes pensent à la durabilité en général.

La structure d’un ordinateur

 Combien pollue votre ordinateur ? Voici quelques chiffres du Carbon Brief :

Source : Bilan carbone

• L’ordinateur portable moyen émet 35 kilogrammes de carbone par an.

• Une tablette moyenne émet 30 kilogrammes de carbone par an.

• Le smartphone moyen produit en moyenne 50 kilogrammes de carbone par an.

À votre avis, combien chacun de ces éléments se compare-t-il à la production totale d’une voiture ? Si vous êtes toujours avec moi, laissez-moi vous expliquer : la puissance totale d’une voiture est plusieurs fois supérieure à celle de n’importe quel ordinateur portable ou téléphone portable ; la puissance totale d’une voiture est plusieurs fois supérieure à celle de n’importe quelle tablette ; et la puissance totale d’une voiture est bien supérieure à celle de n’importe quel smartphone. Pensez-y une seconde… Maintenant, mettez ces chiffres en termes relatifs – combien fait un iPhone XS par rapport à combien fait un iPhone 8 ? Disons qu’Apple fabrique 5 millions d’iPhone par trimestre, pour mettre les choses en perspective. Cela signifie qu’un iPhone 3 fabrique généralement environ 20 000 unités par jour, tandis que les iPhones d’Apple fabriquent plus de 10 milliards d’unités par trimestre (ils fabriquent plus de 100 milliards d’unités chaque année).

En d’autres termes, à notre connaissance, aucun autre fabricant n’a fabriqué autant d’appareils en si peu de temps. Cela signifie qu’en produisant environ 1 million d’iPad par mois (environ plus de 500 millions de tablettes par an), Apple doit émettre entre 0 et 15 kilogrammes de CO2 par iPad chaque mois (selon que vous utilisez iOS ou Android). Cela représente entre 2 et 12 kg de CO2 par iPad ! C’est pourquoi Apple est souvent étiquetée « l’entreprise la plus écologiquement irresponsable de la planète ». Ce chiffre n’inclut pas les iPad qui ne sont pas vendus directement par Apple mais qui sont achetés par l’intermédiaire de détaillants tiers qui les achètent à d’autres détaillants tiers qui les achètent à d’autres détaillants tiers qui les achètent à d’autres détaillants tiers… Et si ce n’est pas assez d’impact environnemental pour s’inquiéter alors imaginez ce qui se passe si vous vendez des milliers ou des millions d’iPads chaque mois ! où ils ont calculé tout cela à l’aide de données collectées par diverses entreprises. Et n’oubliez pas de regarder leur « calculateur d’émissions en temps réel – montrez-moi mes émissions en ce moment! » Il y a aussi beaucoup plus de chiffres et de chiffres sur le Carbon Brief

Impacts environnementaux des ordinateurs

 Aux États-Unis, beaucoup d’énergie est gaspillée dans un seul but : l’ordinateur.

C’est quelque chose dont on parle beaucoup ces derniers temps. Nous l’avons déjà largement couvert dans notre article précédent sur « Le pouvoir de la productivité », mais nous le republions ici pour être complet.

Un nouveau rapport d’EWG montre que l’Américain moyen utilise plus de 2 000 kilowattheures (kWh) d’électricité par an uniquement pour maintenir son ordinateur de bureau sous tension. Ce nombre de kWh sur une année moyenne équivaudrait à planter 8 terrains de football d’arbres ou à abattre 200 000 arbres pour produire cette quantité d’électricité. Bien que cela puisse sembler peu, cela n’inclut même pas toute l’autre électricité nécessaire pour faire fonctionner votre maison ou entretenir vos appareils, ce n’est donc qu’une petite fraction de ce que vous utilisez chaque jour.

Cela a un coût :

Afin de produire et de stocker suffisamment d’électricité pour tous les Américains (plutôt que les 1 à 2% actuels qui ne sont pas connectés), les centrales électriques américaines auraient besoin d’environ 1 million de mégawatts (MW) de capacité de plus chaque année que ce qui est actuellement en fonctionnement – suffisamment d’énergie pour alimenter 28 millions de foyers pendant les vagues de chaleur estivales. . . un autre coup porté au délicat écosystème de la planète Terre. . .

Il est difficile d’imaginer l’ampleur des dommages qui pourraient être causés si chaque foyer américain se déconnectait du réseau et vivait entièrement de sources d’énergie renouvelables telles que des panneaux solaires et des éoliennes – mais si vous pensez que la plupart des gens sont en fait assez intelligents pour ne pas s’éteindre complètement grille (ou pire encore, ne veulent ou ne peuvent pas), alors les dégâts sont encore plus importants :

#1 : La quantité totale de terres nécessaires à tous les Américains augmente de 40 % — et comprend désormais 3,6 milliards d’acres nécessaires à l’agriculture et au reboisement ; 2 milliards d’acres nécessaires au développement urbain ; 1 milliard d’acres nécessaires pour les parcs publics, les zones de loisirs, les cantons, les voies vertes et autres espaces ouverts ; 900 millions d’acres nécessaires à l’usage industriel ; 600 millions d’acres nécessaires pour les lotissements ; 400 millions d’acres nécessitant des mines ; 200 millions d’acres nécessitant des raffineries de pétrole ; 100 millions d’acres nécessitant des usines de fabrication ; 100 millions d’acres nécessitant des stations de ski. . .

#2 : Les 27 000 milliards de kWh utilisés chaque année par les Américains signifient que 4 milliards de tonnes (!) d’émissions de CO2 sont rejetées dans l’atmosphère chaque année – le gaz naturel représente à lui seul 14 % – 23 % ), le mazout 8 %.

Impacts environnementaux des téléphones portables

 Les impacts écologiques et le coût des appareils électroniques ont toujours été une grande préoccupation à laquelle il faut penser. L’idée que les téléphones portables perturbent les écosystèmes, peuvent être utilisés à des fins malveillantes et sont si facilement accessibles aux enfants (en particulier aux jeunes enfants) est depuis longtemps une préoccupation.

Pendant des années, l’impact environnemental le plus important était la consommation d’essence. Mais depuis quelques années, on s’aperçoit que ce n’est plus le cas.

Le premier signe est venu en 2006 lorsque des traces de dioxines ont été trouvées dans le lait maternel d’ours polaires et de bélugas en voie de disparition. En 2012, des traces ont été trouvées dans des poissons pêchés près de Fukushima après un tremblement de terre et un tsunami (c’est ce qui nous a amenés ici). Et récemment, nous avons vu les premiers signes que le rayonnement électromagnétique nuit également aux oiseaux (grâce à une étude sur les poussins d’émeu).

Mais aucun de ces problèmes n’a encore véritablement bouleversé nos habitudes d’utilisation ; ce sont des choses que nous ignorons parce qu’elles n’affectent pas directement nos vies. En fait, la plupart des gens n’en sont même pas conscients (et il est déjà assez difficile de les quantifier via des études scientifiques en l’état). Il en va de même pour d’autres problèmes environnementaux comme la pollution de l’air ou la contamination de l’eau – la plupart des gens ne s’en soucient pas assez pour dire « oh ouais non merci, je ne veux pas que mon téléphone portable soit à côté de ma fontaine à eau ! » Et pourtant, ces impacts existent toujours au quotidien :

Le total des émissions liées à l’utilisation du téléphone portable publié par l’Union internationale des télécommunications est estimé à 23 millions de tonnes par jour, soit 2 % des émissions mondiales. Ce chiffre n’inclut pas les émissions du haut débit mobile, qui représente 58 % de l’utilisation du téléphone mobile. Même si vous soustrayez l’utilisation du haut débit non mobile et que le haut débit mobile ne représente que 16 %, vous obtenez quelque chose de plus proche de 8 millions de tonnes par jour. Selon la façon dont vous le découpez, il y a environ 7 milliards de téléphones portables sur terre en ce moment.

La pollution de l’eau par les téléphones portables n’est pas qu’un problème de déchets : elle affecte les gens partout, y compris ceux qui vivent loin des sources d’eau. Étant donné que de nombreux téléphones portables fonctionnent avec des piles rechargeables, ils rendent leurs utilisateurs plus dépendants des sources d’alimentation avec des besoins énergétiques plus élevés que d’autres appareils – tels que les voitures électriques ou les panneaux solaires – mais aussi moins soucieux de la conservation. Par conséquent, les personnes qui vivent loin des sources d’énergie électrique peuvent devenir de plus en plus dépendantes des batteries rechargeables. La question de savoir si cela entraînera une mort prématurée due à une fuite d’électrolyte dépend de la distance à laquelle vous vivez par rapport à une source d’alimentation électrique.

Voici un bilan de cette problématique. Merci de la lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.