La Troisième révolution industrielle

Introduction

 Dans les décennies à venir, nous assisterons à une révolution de notre économie mondiale. La première vague de cette révolution sera portée par les technologies numériques. La deuxième vague sera portée par les technologies environnementales. Une troisième vague de révolutions technologiques est déjà en marche, moins bien comprise mais tout aussi importante : une transition vers le post-industrialisme, une ère de durabilité et une transition écologique et sociale.

Le terme « troisième révolution industrielle » (TIR) a été inventé en 2005 par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) pour décrire le rythme rapide du changement technologique qui devrait s’accélérer dans les décennies à venir. Nous ne verrons peut-être pas le monde à une telle échelle avant deux ou trois décennies, voire plus… mais j’espère que c’est assez de temps pour que nous en sachions tous autant que possible, afin que nous puissions prendre des décisions judicieuses sur la façon dont profiter de cette nouvelle ère et de son potentiel.

Essentiellement, TIR décrit le passage d’une économie industrielle basée sur la technologie à une économie basée davantage sur les énergies renouvelables, l’eau propre, les systèmes agricoles vivants et durables, la santé humaine grâce à la médecine régénérative, le contrôle de la qualité des aliments grâce à la biotechnologie et la durabilité au niveau mondial.

Il n’est pas trop tard pour commencer à se préparer à ce changement – car il se produit vraiment maintenant – mais vous devez le faire correctement si vous voulez que tout se passe bien pour vous (et vos enfants).

Il n’y a que deux façons d’avancer : soit vous acceptez que les choses changent autour de vous, soit vous vous préparez à ce qui pourrait arriver si les choses ne s’améliorent pas suffisamment – ou si elles s’améliorent mais s’aggravent de toute façon. Quels sont vos choix ? C’est à vous !

Le monde numérique

 Lors de la deuxième révolution industrielle, une quantité d’énergie sans précédent a été investie dans la production de biens. Avant cela, il y avait deux sources : le charbon, qui était brûlé pour le transport et la production d’électricité, et le pétrole, qui était brûlé pour le transport et le chauffage. Comme je l’ai dit plus tôt, la transition de l’un à l’autre n’a pas été facile ni directe.

Rétrospectivement, il n’est pas surprenant que les combustibles fossiles aient eu un rôle beaucoup plus petit dans notre vie quotidienne qu’ils ne le font aujourd’hui. L’énergie nécessaire pour produire de l’électricité provient de quelques ressources naturelles (à savoir le charbon et le pétrole) et il n’existe aucun moyen de les convertir efficacement en formes d’énergie utilisables lorsqu’elles sont les plus abondantes (c’est-à-dire bon marché). Il n’est pas non plus surprenant que les progrès technologiques aient permis de vivre sans ces ressources (bien que, comme pour le charbon, certaines villes dépendent du pétrole comme une partie importante de leurs besoins de transport).

L’automatisation et l’industrialisation nous ont permis de déplacer la plupart de nos activités en utilisant uniquement des ressources renouvelables ou du moins en utilisant uniquement celles qui peuvent être facilement converties en sources d’énergie utilisables. En d’autres termes, nous pourrions toujours recommencer à brûler tous nos anciens combustibles, mais au lieu de le faire, nous pourrions faire les choses plus efficacement avec nos nouveaux outils :

Nous vivons déjà à une époque où presque tous les produits peuvent être alimentés par des sources de carburant propres (notamment grâce aux voitures électriques), où presque tout peut être fabriqué par des machines (grâce à l’impression 3D), où presque tous les produits peuvent être utilisés par juste sur n’importe qui n’importe où et n’importe où (avec des appareils mobiles modernes) à tout moment (avec des services de réservation de voyages basés sur des données tels qu’Airbnb), où fondamentalement tout a encore besoin d’une sorte d’entrée matérielle – même si c’est numérisé – ou même si ce n’est pas le cas besoin d’apports matériels quels qu’ils soient (Internet s’est débarrassé de pratiquement tous les supports physiques).

Plus important encore : nous vivons à une époque où pratiquement chaque produit aura une contrepartie numérique ; pratiquement tous les services seront numérisés ; pratiquement tous les produits nécessiteront une interaction humaine ; pratiquement tous les services nécessiteront une interaction humaine ; pratiquement tout aura son propre écosystème ; pratiquement tout aura son propre réseau… la technologie a fondamentalement changé la façon dont les gens travaillent ensemble ainsi que la façon dont ils vivent ensemble.

Dans cette optique, je suis moins préoccupé par la question de savoir si les ordinateurs remplacent les humains plutôt que s’ils remplacent les appareils électroniques plutôt que les gadgets électroniques – les deux sont probablement des transitions mais n’impliquent pas nécessairement que les humains ne disparaissent pas complètement – que de savoir si l’automatisation s’en va.

L’importance des réseaux sociaux

 « La troisième révolution industrielle » a été un terme dans l’actualité ces derniers temps, et j’espère que vous êtes intéressé à en savoir plus sur sa portée. C’est une transition écologique et sociale associant environnement numérique et physique. Et si vous lisez entre les lignes de ces deux articles récents, vous aurez un indice que cela pourrait être à la fois bon (avec des gens renouant avec le monde naturel) et mauvais (avec des gens perdant le contact les uns avec les autres).

Cela ne veut pas dire que la technologie n’a pas de rôle dans nos vies ; juste qu’il faut comprendre qu’il peut avoir de multiples usages — liberté, pouvoir, contrôle, surveillance, production pour le profit ou pour l’usage… mais aussi pour le jeu, la récréation et la communauté (qui se retrouvent souvent tous ensemble).

La 3e révolution industrielle a déjà commencé dans de nombreuses industries – plus que la plupart des gens ne le pensent. Par exemple :

• Les téléphones mobiles sont déjà devenus un moyen de communication et de transport

• Les jouets ont été remplacés par des ordinateurs (et vice versa)

• Les systèmes biologiques ont été modifiés par génie génétique sans que toutes les parties en soient conscientes

• Les pages Web sont devenues des systèmes d’information

Ces technologies se combinent pour créer de nouvelles conditions sociales : les relations personnelles changent à mesure que la connectivité Internet permet une communication « peer-to-peer » qui peut conduire à un comportement anonyme de part et d’autre. Et peut-être le meilleur de tous : nous n’avons plus besoin de bâtiments ou d’usines pour la production (ou même de centrales électriques) ; nous pouvons le faire nous-mêmes en utilisant des technologies qui nous sont familières comme les téléphones portables ou les ordinateurs. L’ancienne notion de « contrôle » est lentement remplacée par la liberté et l’autonomie, car les connaissances sont transférées d’une personne à une autre sur de grandes distances, tandis que les organismes vivants continuent de se développer grâce à des processus naturels.

C’est une période passionnante pour essayer différentes méthodes de communication, car nous savons comment ces technologies fonctionnent et comment elles peuvent être utilisées de manière créative. Mais je pense qu’il y a encore des idées fausses à leur sujet.

Il y aura toujours ceux qui veulent contrôler les autres ; ceux qui veulent le pouvoir sur les autres ; ceux qui préfèrent l’argent aux autres, ceux qui veulent la sécurité sur les autres ; ceux qui veulent autre chose que les autres – mais si vous commencez avec quelque chose de mieux que le contrôle ou le pouvoir, vous pourriez vous retrouver à établir plus de connexions que jamais auparavant. Cela pourrait signifier que vous n’essayez plus de construire votre propre empire, mais plutôt de vous trouver un endroit où vos idées sont écoutées. Cela pourrait signifier que vos idées ne sont plus contrôlées par quelqu’un !

L’écologie numérique

La révolution industrielle a vu des travailleurs hautement qualifiés utiliser des machines pour produire des biens à un rythme plus rapide et à un prix moins cher. C’est ce qu’on a appelé la montée de la classe moyenne. De plus, il y avait une production de masse. L’essor de la classe moyenne est actuellement menacé par une nouvelle génération de technologies numériques qui changent rapidement nos vies. Le terme « écologie numérique » a été inventé par un groupe international d’experts pour décrire ce phénomène et, espérons-le, conduire à une nouvelle façon de vivre pour les gens dans la société future.

Cependant, il ne s’agit pas seulement de technologie, cela fait également référence à notre relation avec la nature et à la façon dont nous nous en servons. Il s’agit également de nos relations les uns avec les autres maintenant que nous avons ces outils à notre disposition (notamment en ce qui concerne les médias sociaux).

Nous ne pouvons pas simplement espérer que ce sera un monde meilleur, mais nous devons travailler activement pour qu’il en soit ainsi.

Je souhaite partager avec vous un bref résumé de ce que j’ai appris en faisant des recherches sur ce sujet – que vous souhaitiez explorer vous-même des sujets similaires ou que vous souhaitiez simplement obtenir des informations générales sur la technologie numérique – c’est parti !

La grande transition et le protocole Internet des relations humaines

 Deux domaines distincts sont de plus en plus imbriqués : l’Internet mondial et la troisième révolution industrielle (I/3R). Internet modifie notre façon de vivre, de travailler et de communiquer, mais il modifie également les relations humaines.

La révolution I/3R consiste à créer de nouvelles façons de gérer les personnes et les ressources. Selon nous, il y a quatre moteurs clés pour cette évolution :

• Humains—le besoin d’être plus efficient et efficace

• Travailleurs—le besoin d’être mieux payé tout en ayant une vie professionnelle satisfaisante

• Ressources—le besoin d’être plus productif avec moins de ressources

• Infrastructure : le besoin d’un accès plus rapide à tout, n’importe où.

Comme exemple de la façon dont I/3R peut affecter la vie des gens, considérez ces deux histoires simples : Notre fille est née à 38 semaines de gestation. Après quelques semaines de soins postnatals, elle est tombée très malade. Elle était en détresse respiratoire avec une forte fièvre – qui a nécessité une hospitalisation à 4 jours – alors les médecins l’ont immédiatement ramenée de l’hôpital à la maison.

Mais parce qu’elle était trop faible pour se maintenir ou prendre soin d’elle-même, ils l’ont placée dans une chambre familiale et ont appelé des proches à l’aide. Ils n’avaient aucune intention de la garder chez eux, ils voulaient juste que quelqu’un d’autre prenne soin d’elle. Donc, suivant le modèle traditionnel pour les nourrissons ici à Seattle jusqu’à sa naissance, elle a passé la majeure partie de sa première année chez mes parents où mes parents ont pris soin d’elle 24 heures sur 24 de 2 à 6 mois (la plupart des gens ne sont pas si familier avec cette culture).

Au cours de ces années, mes parents ont pu dormir un peu car ma femme travaillait à temps partiel comme professeur d’anglais tandis que je continuais à travailler à plein temps comme ingénieur logiciel et représentant commercial. En plus de s’occuper de notre fille pendant la journée, ma femme a assumé certaines responsabilités pendant la nuit, ce qui signifiait que j’étais libre la plupart des nuits lorsqu’elle ne travaillait pas à l’école ou ne faisait pas de courses – ce qui signifiait que nous pouvions passer du temps ensemble en tant que famille !

Inutile de dire que les choses ont changé depuis ces premières années et que notre fille (maintenant âgée de 18 ans) et ma femme (qui a 25 ans) ont grandi en fréquentant l’université à plein temps tout en étudiant en vue de programmes de maîtrise dans nos domaines respectifs. Nous avons également eu la chance que malgré certains défis financiers tout au long de notre vie (du divorce et de la perte d’emploi), nous ayons pu maintenir ces dépenses grâce à notre volonté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.